Rue d'Egmontstraat, 11 / B - 1000 Bruxelles
Tel. : +32.2.539.33.94 - Fax : +32.2.537.29.21
E-Mail : francquifoundation@skynet.be
Emile Francqui
Fondation d’Utilité Publique  –  Stichting van Openbaar Nut
News

1967 – Rapport Jury José Fripiat

 

Remise solennelle du Prix Francqui
par Sa Majesté Le Roi Baudouin
à la Fondation Universitaire le
12 mai 1967

Curriculum Vitae – Rapport du Jury – Discours

José Fripiat

Curriculum Vitae

Né à Namur, le 1er juillet 1923

Diplômes Universtaires :

Licencié en sciences chimiques, Université Catholique de Louvain, 1945
Docteur en sciences, Université Cahtolique de Louvain, 1949

Fonctions :

Professeur ordinaire à la Faculté des Sciences agronomiques et à la Faculté des Sciences appliquées de l’Université Catholique de Louvain : physico-chimie générale, chimie de surface, chimie analytique.

Curriculum vitae :

Assistant à la Division d’Agrologie de l’Institut National pour l’Etude Agronomique au Congo Belge (I.N.E.A.C.), à Yangambi, 1946-1949.
Directeur du Laboratoire de recherche de physico-chimie minérale à l’Institut agronomique de l’Université Catholique de Louvain, 1950.
Maître de conférences à l’Université Catholique de Louvain, 1950.
Directeur du Laboratoire pour l’utilisation des isotopes radioactifs de l’Institut National pour l’Etude Agronomique au Congo Belge (I.N.E.A.C.), à Yangambi, 1952.
Chargé de cours extraordinaire, 1953-1955.
Chargé de cours ordinaire, 1955-1959.
Professeur ordinaire, 1959
Visiting Professor à l’Université d’Illinois, 1959.
Président de la deuxième Commission (chimie du sol) de l’Association internationale de la Science du Sol, 1964-1968.
Membre du Conseil de l’Office national de la Recherche scientifique Outre-Mer (ORSTOM – France), 1964.
Professeur et Membre du Conseil d’Administration de l’Ecole supérieure du Verre, Charleroi, 1965.
Membre du Conseil exécutif de l’Association internationale pour l’Etude des Argiles, 1966.
Secrétaire de l’Institut Interfacultaire des Sciences naturelles appliquées de l’Université Catholique de Louvain, 1966.
Visiting Professor à l’Université de Stanford, 1967.
Visiting Professor à l’Université de Purdue, 1967.
Visiting Professor à l’Université de Minnesota, 1967.
Visiting Professor à l’Institut Mellon de Pittsburgh, 1967.
Visiting Professor à l’Université de Perth, 1968.

Distinctions scientifiques :

Prix A. Witrems, 1949.
Prix Jean Stas, 1950.
Prix Barman, 1951.
Médaille d’argent de la Société française de la Science du Sol, 1964.
Membre correspondant de la section de physico-chimie de l’Académie d’Agriculture de France, 1965.
Membre correspondant de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1968.

* * *

Rapport du Jury (1 avril 1967)

Considérant l’originalité de l’oeuvre du Professeur FRIPIAT qui, partant de l’étude d’un matériau aussi complexe que le sol, a su, grâce à la mise au point de techniques physico-chimiques très fines, mettre en évidence des processus fondamentaux concernant les phénomènes de surface,

considérant qu’il a initié à cet égard des recherches très importantes et su créer à cette occasion une équipe de jeunes chercheurs, et leur donner un état d’esprit qui lui confère le caractère d’une école,

considérant que les activités de cette équipe et l’importance de ses résultats tant pratiques que fondamentaux lui ont valu une renommée internationale,

décide de conférer le Prix Francqui 1967 à Monsieur José FRIPIAT, Professeur à la Faculté des Sciences agronomiques de l’Université Catholique de Louvain.

Jury international dans lequel siégeaient :

Le Professeur M. Roy
Membre et ancien Président de l’Académie des Sciences

Professeur à l’Ecole Polytechnique de Paris
                                                                        Président

et

Le Professeur E. Amaldi
Professeur à l’Université de Rome

Le Professeur Cl. Bloch
Chef du Service de Physique théorique

Direction de la Phyisque, Centre d’Etudes Nucléaires de Saclay

Le Professeur J.D. Dunitz
Professeur à la Eidgenössische Technische Hochschule

Zurich

Le Professeur R. Fortet
Professeur à l’Université de Paris

Le Professeur B. Gregory
Professeur à l’Ecole Polytechnique de Paris

Directeur général de l’Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire (CERN)
Genève

Le Professeur S. Henin
Chef du Département agronomique de l’Institut de la Recherche Agronomique

Centre National de Recherches Agronomiques
Versailles

Le Professeur H.M. Powell
Professeur à l’Université d’Oxford

Le Professeur E. Schatzman
Professeur à l’Université de Paris

Le Professeur A.C. Schuffelen
Professeur à la Landbouwhogeschool

Wageningen

Le Professeur E. Stiefel
Professeur à la Eidgenössische Technische Hochschule

Zurich

Le Professeur G. Temple
Sedleian Professor à l’Université d’Oxford

* * *

Discours de Monsieur Jean Willems
Président de la Fondation Francqui

Sire,

Au nom du Conseil d’administration j’exprime au Roi notre respectueuse et profonde reconnaissance pour l’honneur que par Son Auguste présence Il daigne faire, à nouveau, à notre Fondation, à l’occasion de la remise du Prix Francqui à l’un des nôtres dont l’oeuvre scientifique est hautement méritoire.

Le Prix est réservé cette année à un chercheur dont les travaux ressortissent aux sciences mathématiques, physiques, chimiques.

Ce jeune savant est M. José FRIPIAT, proclamé Docteur en Sciences chimiques en 1949; nommé chargé de cours en 1955 et accédant à l’ordinariat en 1959 à l’Université Catholique de Louvain.

Les recherches du Professeur FRIPIAT l’ont conduit à préciser les conditions d’emploi de méthodes physico-chimiques délicates et leurs résultats ont été l’objet de nombreuses applications tant dans le domaine agronomique que dans le domaine industriel.

* * *

Discour du Professeur José Fripiat

Sire,

Arrivé à ce palier de ma carrière scientifique, j’ai conscience que c’est un grand mais redoutable honneur que de recevoir des mains de Votre Majesté, la haute distinction qu’un Jury composé de savants éminents vient de m’octroyer.

Sire,

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

En ce moment inoubliable de ma vie, les souvenirs se pressent dans ma mémoire.  Celui des maîtres qui m’ont formé : le sourire souvent ironique et l’intuition expérimentale du Professeur Walter Mund : l’implacable exactitude et l’élégance dépouillée d’une démonstration menée par le Professeur Charles Manneback, l’hommage quasi charnel rendu à la beauté de la nature par le Professeur Jean Lebrun.  Et puis viennent les années de labeur : d’abord au Congo, en bordure de ce district du Haut-Uele où Emile Francqui s’était illustré cinquante ans auparavant, puis à Louvain, sous le signe de cette Vierge dont le nom se dit en latin.

Les expériences inlassablement reprises, les idées qui fuient capricieusement et, de temps à autre, une petite lumière, une flamme vacillante qu’il faut protéger avant que les objections ne la soufflent : en bref, le lot de tous les chercheurs, mais en plus une très grande chance.

Tout au long de cette carrière, j’ai en effet rencontré l’appui le plus large sur le plan matériel et moral de ceux que la providence m’a donné comme Supérieurs.  L’Université de Louvain m’a témoigné très tôt sa sollicitude en me confiant une chaire et en m’entourant d’une jeunesse enthousiaste, les autorités de l’I.N.E.A.C. (avant 1960) et du Musée Royal de l’Afrique Centrale (après cette date) ont soutenu fidèlement et efficacement mes travaux et m’ont confié de précieux collaborateurs.

C’est à tous ceux que j’ai évoqués nommément ou collectivement en citant leur institution, que je voudrais faire hommage du prestige qui s’attache à ce Prix Francqui.  Sans eux, rien n’aurait été possible.  Mais je dois évoquer aussi de façon toute particulière la joie et la fierté de mes parents, de mon père notamment, dont la vie tout entière consacrée à des recherches dans le domaine de la sécurité minière a constitué pour moi l’exemple le plus noble et le plus proche de la probité scientifique.

L’honneur qui m’échoit aujourd’hui ne va pas sans impliquer de nouveaux devoirs.  En couronnant des recherches qui se sont développées dans le domaine de la chimie de surface, le Jury m’a invité implicitement à redoubler d’efforts, j’en ai parfaitement conscience.  Il convient que les travaux futurs contribuent  à faire de cette discipline non seulement une branche vigoureuse, solidement insérée sur le tronc commun de la physique et de la chimie, mais aussi un élément de progrès des techniques utiles à l’homme.  Clef de voûte de la science du sol, la chimie de surface peut contribuer notamment à résoudre les problèmes de la productivité des terres, soucis majeurs de l’humanité qui iront en s’amplifiant ans les décennies futures.

Le domaine scientifique fort jeune encore qui est le mien, forme un des ponts jetés entre les sciences naturelles et les sciences exactes.  Il est fermement arc-bouté à ces dernières.  La haute distinction qui m’échoit récompense en même temps tous ceux qui ont collaboré à l’édifice comme tous les chercheurs qui se sont aventurés sur ce qui n’était au début qu’une fragile passerelle.

Sire,

Lorsque, après cette émouvante cérémonie, je regagnerai mon laboratoire, investi de l’honneur qu’il a plu à Votre Majesté de me faire, je me tournerai vers mes collaborateurs pour les inviter à reprendre avec une ferveur accrue notre tâche commune.  Pourrais-je leur proposer une aventure plus extraordianaire que celle que nous tous, artisans de la vérité et du concret, vivons dans nos laboratoires.  Dans ces laboratoires où nous nous efforçons de mesurer et de percevoir les mécanismes moléculaires les plus secrets grâce aux techniques remarquables que nous devons à nos physiciens : dans ces laboratoires où nous participons de façon continue à l’évolution de l’univers ; dans ces laboratoires, que Louis Pasteur appelait déjà les temples de l’avenir.

Certes les tâches y sont immenses et les difficultés ne sont uniquement d’ordre scientifique.  Cependant, revêtu de la confiance des éminentes personalités qui m’entourent, de l’amitié active de mes collègues et de l’appui des distingués dirigeants de cette illustre maison j’envisage avec la plus grande confiance la nouveau départ auquel me convie, par Votre intermédiaire, l’illustre fondateur du Prix Francqui.

* * *