Notice: La méthode du constructeur appelée pour WP_Widget dans VMenuWidget est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez
__construct()
à la place. in /home/francquicu/www/wp-includes/functions.php on line 3986

Notice: La méthode du constructeur appelée pour WP_Widget dans LoginWidget est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez
__construct()
à la place. in /home/francquicu/www/wp-includes/functions.php on line 3986
1954 – Rapport Ramond Jeener – Fondation Francqui – Stichting
Rue d'Egmontstraat, 11 / B - 1000 Bruxelles
Tel. : +32.2.539.33.94 - Fax : +32.2.537.29.21
E-Mail : francquifoundation@skynet.be
Emile Francqui
Fondation d’Utilité Publique  –  Stichting van Openbaar Nut

1954 – Rapport Ramond Jeener

Remise solennelle du Prix Francqui
par Sa Majesté Le Roi Baudouin
à la Fondation Universitaire le 22 mai 1954

Curriculum Vitae – Rapport du Jury – Discours

Raymond Jeener

Curriculum Vitae

(07/08/1904 – 11/04/1995)

Né à Saint-Gilles (Bruxelles), le 7 août 1904

Diplômes Universitaires :

Docteur en sciences zoologiques, Université Libre de Bruxelles, 1927
Agrégé de l’enseignement supérieur, Université Libre de Bruxelles, 1933

Fonctions :

Professeur ordinaire à la Faculté des Sciences de l’Université Libre de Bruxelles : physiologie animale générale et comparée

Curriculum vitae :

Assistant à l’Université Libre de Bruxelles, 1927-1934
Associé du Fonds National de la Recherche Scientifique, 1932-1934
Chargé de cours, 1934-1939
Professeur ordinaire, 1939
Membre du Conseil d’administration de la Fondation Universitaire, 1945-1950
Membre du Conseil d’administration du Fonds National de la Recherche Scientifique, 1955-1960
Président du Comité Permanent des Bibliothèques Scientifiques de la Fondation Universitaire, 1960-1961
Membre du Groupe de travail « Virologie » du Fonds de la Recherche Scientifique Médicale, 1959-1965
Vice-Président du Conseil d’administration de la Fondaton Universitaire, 1960-1965
Membre du Groupe d’étude « Biologie cellulaire et moléculaire » du Conseil National de la Politique Scientifique, 1961
Membre du Comité d’Experts scientifiques du Conseil National de la Politique Scientifique, 1961-1965
Membre du Groupe de travail « Sciences biologiques et médicales » du Conseil National de la Politique Scientifique, 1963
Membre du Groupe d’étude « Etablissements scientifiques » du Conseil National de la Politique Scientifique, 1963
Membre du Comité de Gestion du Fonds de la Recherche Fondamentale Collective, 1965-1967

Distinctions scientifiques :

Prix A. De Potter, 1931
Prix Th. Gluge, 1948
Prix Francqui, 1954
Membre correspondant de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1964
Titulaire de la Chaire Francqui à l’Université de l’Etat à Gand, 1958-1959

* * *

Rapport du Jury (24 avril 1954)

Considérant l’originalité et l’importance fondamentale de l’oeuvre de Monsieur Raymond JEENER dans un domaine de la biologie vers lequel convergent les efforts des physiologistes, des biochimistes, des généticiens et des cytologistes,

décide de conférer le Prix Francqui 1954 à Monsieur le Professeur Raymond JEENER.

Jury international dans lequel siégeaient :

Le Professeur E. Terroine
Professeur à l’Ecole pratique des Hauts Etudes, Paris

                                                                                Président

Le Professeur F. Dickens
Professeur à l’Université de Londres

Le Professeur B. Ephrussi
Professeur à l’Université de Paris

Le Professeur M. Florking
Professeur à l’Université de l’Etat à Liège

Le Professeur P.B. Medawar
Professeur à l’Université de Londres

Le Professeur G. Vandebroek
Professeur à l’Université Catholique de Louvain

* * *

Discours du Baron Holvoet, Président de la Fondation Francqui

Au nom de la Fondation Francqui, j’exprime au Roi notre profonde reconnaissance : en daignant consentir, cette année encore, à remettre le prix annuel de notre Fondation, Votre Majesté nous donne un précieux encouragement et souligne une nouvelle fois l’intérêt vital de la recherche scientifique.

Le Prix a été attribué, cette année, au Professeur Raymond JEENER.

Son oeuvre est de celles qui commandent le respect, car elle inspire de lapure recherche scientifique toute de modestie et de désintéressement.

Partant de l’anatomie des invertébrés, il a patiemment pénétré dans l’intimité des phénomènes de la biologie fonctionnelle; ses sujets d’étude sont les polychètes, les oiseaux, les poissons, les batraciens, les mollusques.

La liste de ses publications est impressionnante, et ses travaux constituent un apport précieux aux sciences médicales et naturelles, apport qui s’est répercuté bien au delà de nos frontières.

Le jury, qui comprenait quatre professeurs étrangers sur six, a rendu un vibrant hommage à son sens de l’expérimentation et à l’originalité de ses méthodes.

Le Professeur JEENER a ainsi largement contribué au renom de notre Payx à l’étranger.

S’il plaît au Roi, notre collègue, Mr. Willems, Directeur de la Fondation, va donner lecture du diplôme

* * *

Discours du Professeur Raymond Jeener

Sire,

Messieurs les Membres du Conseil d’Administration de la Fondation Francqui,
Monsieur le Recteur, mes chers Collègues,

Recevoir des mains du Roi le prix attribué par la Fondation Francqui est pour un travailleur scientifique belge un honneur dont il apprécie au plus haut point l’importance.

Cet événement marque dans sa vie une étape essentielle.  Il lui apporte bien plus qu’une grande fierté.  La vie de tout chercheur de notre temps est faite d’une longue anxiété coupée de temps en temps par le joie de voir un travail achevé par lui s’insinuer dans l’immense fleuve de la production scientifique moderne.  Cette joie est souvent de courte durée : si le travail publié est bon, il surnagera quelques mois, puis disparaîtra à jamais, noyé dans le flot des travaux qui le complètent, l’exploitent ou l’anéantissent.  Après beaucoup d’expériences de ce genre, le travailleur scientifique, arrivé à l’âge de la maturité, se demande avec effroi où sont les résultats de son travail.

C’est précisément ce moment que choisit la Fondation Francqui pour lui servir de conscience, grouper quelques hommes éminents qui examinent avec la plus haute impartialité ses travaux, le rassurent, lui insufflent un nouveau courage et donnent un sens au reste de sa vie.  Ce bonheur m’est arrivé; je remercie la Fondation Francqui d’avoir aussi bien compris ce qu’elle pouvait faire de mieux pour nous aider, mes collègues et moi; je remercie l’e Roi de donner tout son sens à la cérémonie d’aujourd’hui en l’honorant de Sa présence.

Sire, Messieurs, mes chers Collègues,

Si j’ai l’honneur de me trouver à cette place aujoud’hui, je le dois à l’aide constante que m’ont apportée les grandes Institutions scientifiques de mon pays : l’Université de Bruxelles tout d’abord qui m’a pris tout jeune sous son aile, le Fonds National dont j’ai été asocié, le Centre National de Biologie physico-chimique et l’Institut des Sciences nucléaires auxquels je dois l’équipement de mon laboratoire.  J’adresse à toutes l’expression de ma reconnaissance pour la confiance dont elles ont témoigné à mon égard et l’assurance de mon total dévouement à leur oeuvre.

Qu’il me soit permis de terminer sur une note plus personnelle.  J’ai eu la grande joie de subir au cours de ma vie l’influence de deux maîtres éminents.  Le premier, Auguste Lameere, m’a appris le principe essentiel de mon métier : faire soigneusement des choses amusantes, et seulement celles-là.  Le second a été pour moi un maître d’unt type moins classique encore.  Mon cadet de plusieurs années, entré après moi dans la carrière scientifique, il m’a généreusement révélé un second secret : celui qu’il est certes indispensable de s’amuser dans son laboratoire, mais de préférence en s’intéressant à l’étude de phénomènes fondamentaux.  M’entraînant à ses côtés dans la brillante voie de recherche qu’il avait su ouvrir très jeune, il  m’a amené fraternellement, épaule contre épaule, jusuqu’à la dure épreuve qu’organise le Fondation Francqui.  Mes Collègues ici présents savent que ce maître est mon excellent ami Jean Brachet auquel je tenais à exprimer ma profonde reconnaissance pour les longues années de bonheur que j’ai connues auprès de lui.

* * *