Notice: La méthode du constructeur appelée pour WP_Widget dans VMenuWidget est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez
__construct()
à la place. in /home/francquicu/www/wp-includes/functions.php on line 3986

Notice: La méthode du constructeur appelée pour WP_Widget dans LoginWidget est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez
__construct()
à la place. in /home/francquicu/www/wp-includes/functions.php on line 3986
1955 – Rapport Ilya Prigogine – Fondation Francqui – Stichting
Rue d'Egmontstraat, 11 / B - 1000 Bruxelles
Tel. : +32.2.539.33.94 - Fax : +32.2.537.29.21
E-Mail : francquifoundation@skynet.be
Emile Francqui
Fondation d’Utilité Publique  –  Stichting van Openbaar Nut

1955 – Rapport Ilya Prigogine

Remise solennelle du Prix Francqui
par Sa Majesté Le Roi Baudouin
à la Fondation Universitaire le 2 juillet 1955

Curriculum Vitae – Rapport du Jury – Discours

Ilya Prigogine

Curriculum Vitae

(25/01/1917 – 28/05/2003)

Né à Moscou (U.R.S.S.), le 25 janvier 1917

Diplômes Universitaires :

Licencié en sciences chimiques, Université Libre de Bruxelles, 1939
Licencié en sciences physiques, Université Libre de Bruxelles, 1939
Docteur en sciences chimiques, Univesité Libre de Bruxelles, 1941
Agrégé de l’enseignement supérieur, Université Libre de Bruxelles, 1945

Fonctions :

Professeur ordinaire à la Faculté des Sciences de l’Université Libre de Bruxelles : thermodynamique, mécanique statistique

Curriculum vitae :

Chargé de cours à l’Université Libre de Bruxelles, 1947
Membre de la Commission de Chimie-Physique, Electro-chimie du Fonds National de la Recherche Scientifique, 1948, 1963 et 1965
Professeur extraordinaire, 1950-1951
Professeur ordinaire, 1951
Membre des Sections « Sciences physiques » et « Sciences mathématiques » des Jurys des Prix Louis Empain, 1953, 1957 et 1959
Membre du Conseil d’administration du Fonds National de la Recherche Scientifique, 1957-1962
Co-directeur du Centre de physique théorique atomique et de physique théorique nucléaire de l’Université Libre de Bruxelles, 1959
Directeur des Instituts internationaux de physique et de chimie fondés par Ernest Solvay, 1959
Chargé d’une Chaire extraordinaire à l’Université de Chicago, 1961

Distinctions scientifiques :

Prix Van Laar, 1946
Prix A. Wetrems, 1951
Prix Francqui, 1955
Prix scientifique Ernest-John Solvay, 1965
Membre titulaire de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1958
Honorary foreign member of the American Academy of Sciences and Arts, 1960
Member of the Enrico Fermi Institute of Nuclear Sciences, 1961
Directeur de l’Institut de Mécanique Statistique et de Thermodynamique Austin, Texas, U.S.A., 1967
Robert Welsh special lectureship, Texas, U.S.A. 1961
Membre de la New York Academy of Sciences, 1962
Membre correspondant de l’Académie roumaine, 1965
Membre de la Royal Society of Sciences, Uppsala, Suède, 1967
Foreign Associate of the National Academy of Sciences, U.S.A., 1967
Membre correspondant de la Société royale des Sciences de Liège, 1967
Membre de la Société belge de Biophysique, 1968
Docteur honoris causa de la University of Newcastle upon Tyne, 1961
Docteur honoris causa de l’Univeristé de Poitiers, 1966
Titulaire de la Chaire Francqui à l’Université de l’Etat à Liège, 1957-1958

 

* * *

Rapport du Jury (4 avril 1955)

Considérant la haute distinction des travaux scientifiques de Monsieur Ilya PRIGOGINE, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles,

considérant l’importance et l’originalité de ses contributions à la thermodynamique et la mécanique statistique des processus irréversibles, ainsi qu’à la théorie des liquides,

considérant l’impulsion qu’il a donné au développement de la physique et de la chimie moléculaires modernes,

considérant l’influence qu’il a exercée sur ses élèves et collaborateurs belges et étrangers,

décide de conférer le Prix Francqui 1955 à Monsieur le Professeur Ilya PRIGOGINE

Jury international dans lequel siégeaient :

Le Professeur F. Perrin
Membre de l’Institut, Haut Commissaire à l’Energie Atomique de France

Professeur au Collège de France, Paris
                                                                                                  Président

Le Professeur S.R. de Groot
Professeur à l’Université de Leyde

Le Professeur P. Glansdorff
Professeur à la Faculté Polytechnique de Mons

Le Professeur L. Kowarski
Directeur de Division à l’Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire « CERN », Genève

Le Professeur A. Proca
Directeur de Recherches au Centre National de la Recherche Scientifique, Paris

Le Professeur L. Rosenfeld
Professeur à l’Univesité de Manchester

* * *

Discours du Baron Holvoet, Président de la Fondation Francqui

Sire,

La Fondation Francqui s’honore de voir le Chef de l’Etat procéder Lui-même, au siège de la Fondation, à la remise de ce prix annuel.

Elle sait que Votre Majesté a, tout récemment encore, rappelé dans Ses discours, que l’Université a la tâche capitale de promouvoir le développement constant de la Science.

Votre Majesté le disait au Cinquantenaire de l’Ecole de Commerce Solvay; Elle le disait encore, lors de Son voyage dans Ses territoires d’Outre Mer, voyage qui, dès maintenant, appartient à l’Histoire.

Le lauréat de cette année a sondé les arcanes de la physique et de la chimie et s’est spécialisé dans la thermodynamique.

Bien qu’il n’ait que 38 ans, il s’est acquis une renommée mondiale; il a été appelé à professer ou a donner des conférences en Suisse, au Danemark, en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-Bas, en Italie, en Israël, aux Indes, et surtout dans beaucoup d’Universités des Etats-Unis d’Amérique.

Le Jury, qui comprenait quatre savants étrangers sur six, l’a présenté à l’unanimité, en constatant qu’il avait répondu de la façon la plus heureuse à l’intention des Fondateurs de ce Prix.

Il a porté le renom de la Belgique bien au delà de nos frontières.

S’il plaît au Roi, Mr. WILLEMS, Administrateur-Directeur de la Fondation, va donner lecture de notre délibération avant que le Roi daigne remettre le prix à Mr. PRIGOGINE.

* * *

Discours du Professeur Ilya Prigogine

Sire,

C’est avec une grande émotion que je viens de recevoir des mains du Roi le diplôme du Prix Francqui.

Que Votre Majesté ait bien voulu me le remettre Elle-même constitue pour moi le plus précieux des encouragements.  Que le Souverain soit assuré de ma gratitude et de mon entier dévouement aux Institutions d’Enseignement et de Recherche de la Belgique auxquelles je dois tant.

Monsieur le Président de la Fondation Francqui, Messieurs,

En recevant le Prix décerné par la Fondation Francqui, une certaine inquiétude se mêle à mes sentiments de joie et de reconnaissance.  Je pense à la liste prestigieuse de mes prédécesseurs dont les contributions appartiennent à l’histoire des Sciences.

Permettez-moi de considére ce Prix comme un encouragement à poursuivre mes recherches et d’y consacrer toutes mes forces.

Cher Monsieur De Donder,

Dans vos leçons de Physique Mathématique de 1914, vous écriviviez « La Physique Mathématique est à la Nature ce que la musique est aux bruits ».  Cette conception esthétique de la recherche théorique que vous proposiez ainsi à vos élèves, vous l’avez vous-même illustrée admirablement par votre oeuvre.  Pour tous vos élèves, elle a été une source constante d’inspiration.  Tous nous avons cherché à nous en rapporcher dans la mesure de nos moyens.

Cher Monsieur Timmermans,

Devant la complexité des phénomènes étudiés par la Chimie Physique, des méthodes uniquement déductives ou purement expérimentales ne peuvent réussir.  C’est grâce à vos leçons et plus tard grâce à une collaboration avec votre Service que j’ai pu maintenir cet équilibre entre conceptions théoriques et problèmes expérimentaux.

Sire, Messieurs,

Un jour comme celui-ci, il est peut-être bon de rappeler que l’oeuvre scientifique est une oeuvre collective qui ne peut se réaliser qu’à l’échelle de l’humanité tout entière.

Il est émouvant de rencontrer dans les pays les plus différents, que ce soit au Japon, aux Indes ou ailleurs des communautés d’hommes animés de la même curiosité et cherchant à résoudre les mêmes problèmes.  Ni la différence des langues, ni celle dans les habitudes de pensée n’est alors un obstacle à une compréhension directe et profonde.  C’est là une expérience humaine passionnante.  De cet effort collectif, se dégage une prise de conscience progressive, semblable seulement par son ampleur à cette autre prise de conscience dont l’évolution biologique des protozoaires à l’homme, nous donne un constant témoignage.

* * *