Rue d'Egmontstraat, 11 / B - 1000 Bruxelles
Tel. : +32.2.539.33.94 - Fax : +32.2.537.29.21
E-Mail : francquifoundation@skynet.be
Emile Francqui
Fondation d’Utilité Publique  –  Stichting van Openbaar Nut
News

2020 Rapport Jury Bart LOEYS

Remise solennelle du Prix Francqui-Collen par Sa Majesté le Roi Philippe
au Palais des Académies le 16 décembre 2020 (sans public)

 

Carrière – Recherche – Rapport du jury – Discours

 

RECHERCHE CLINIQUE ET TRANSLATIONNELLE

 

Sa Carrière

 

Bart Loeys est professeur titulaire en cardiogénomique au Centre de Génétique Médicale de l’Université d’Anvers / Hôpital universitaire d’Anvers. Il est marié avec le Dr Frederike Carton et fier père de quatre enfants : Hannah, Elisabeth, Matthias et Lara.

Il a obtenu un diplôme de médecine à l’université de Gand en 1995 et a ensuite commencé une formation de résident en pédiatrie à l’hôpital universitaire de Gand. Pendant ce programme de formation (1998-2002), il a combiné des activités cliniques et de recherche et a travaillé comme chercheur clinique junior du Fonds pour la recherche scientifique – Flandre au Centre de Génétique Médicale de l’Université de Gand. Son projet de recherche, intitulé « Étude du génotype et du phénotype des défauts héréditaires de la fibre élastique » (promoteur : Prof Dr Anne De Paepe), a abouti à un doctorat en sciences médicales (2004). Cette formation lui a fourni une base solide pour sa future carrière scientifique consacrée à l’étude des maladies du tissu conjonctif. De 2002 à 2005, il a été accepté dans le programme de bourse en génétique médicale du Johns Hopkins Medical Institute à Baltimore, aux États-Unis (directeur : Prof Dr David Valle). Comme la Belgique ne disposait pas encore d’une reconnaissance officielle pour les généticiens cliniques à cette époque, cette bourse supplémentaire a été essentielle pour développer des compétences supplémentaires dans les aspects cliniques et de laboratoire de la génétique. Avec son collègue, Harry Dietz de l’université Johns Hopkins de Baltimore (États-Unis), il a identifié une nouvelle maladie anévrysmale de l’aorte, désormais appelé « syndrome de Loeys-Dietz ». À la fin de sa bourse, il a réussi à obtenir la certification de génétique clinique de l’American Board of Medical Genetics. Depuis 2005, à son retour en Belgique, il est chercheur clinique principal du Fonds pour la Recherche Scientifique – Flandres, d’abord au Centre de Génétique Médicale – Gand et depuis décembre 2010 au Centre de Génétique Médicale de l’Hôpital Universitaire d’Anvers (Président : Prof. Dr Geert Mortier). Au fil des ans, il est devenu un expert de renommée internationale dans le domaine de la base génétique de la maladie anévrysmale de l’aorte. Il a créé une nouvelle clinique de cardiogénétique à l’hôpital universitaire d’Anvers qui collabore étroitement avec le service de cardiologie. Le groupe de recherche du professeur Loeys se compose actuellement de quatre post-docs et de dix doctorants. Son équipe se concentre sur les bases génétiques et physiopathologiques de la maladie anévrysmale de l’aorte en utilisant différents modèles de maladie (souris, iPSC) comme paradigmes pour l’élucidation fondamentale de la pathogénèse de la maladie de l’aorte. Il a également créé une nouvelle ligne de recherche qui étudie les iPSC-cardiomyocytes pour élucider la base moléculaire de l’arythmie cardiaque héréditaire. Depuis 2016, huit doctorants ont défendu avec succès leur thèse de doctorat sous sa direction à la Faculté de Médecine de l’Université d’Anvers.

L’excellente qualité et l’impact de ses recherches sont démontrés par le fait qu’il a obtenu une bourse de démarrage du ERC (European Research Council) et une bourse de consolidation du ERC. En 2013, il a obtenu une bourse de démarrage du ERC pour étudier la base génétique de l’aortopathie liée à la valve aortique bicuspide. En 2018, il a obtenu une bourse de consolidation du ERC pour étudier les modificateurs génétiques à l’origine de la gravité variable de l’aortopathie dans la maladie anévrysmale de l’aorte thoracique. Au cours des 10 dernières années, son équipe de recherche à Anvers a identifié 8 nouveaux gènes dans les maladies anévrysmales (TGFB2, TGFB3, SKI, BGN, SMAD6, TBX20, ROBO4, un inédit) et 5 nouveaux gènes dans d’autres conditions monogéniques (DLL4, SLC25A26, SEC61A1, GFI1B, IBA57). Les gènes d’anévrisme récemment découverts ont consolidé le rôle de la voie de signalisation du TGFbeta et ont jeté les bases solides de ses efforts de recherche actuels. De plus, en révélant les capacités de modification de mère nature dans ses projets de recherche en cours, son équippe tentera d’identifier de nouvelles pistes prometteuses pour des stratégies thérapeutiques.

Son rôle international est également illustré par son rôle de coordinateur d’un prestigieux réseau transatlantique de la fondation Leducq avec six partenaires internationaux sur l’interrogation mécaniste de l’aortopathie valvulaire aortique bicuspide. Son expertise est sollicitée dans le monde entier, comme en témoignent les nombreuses conférences invitées ou plénières qu’il donne lors de congrès internationaux. Il a fait partie de comités consultatifs pour le National Heart Lung Blood Institute du NIH, USA ; la National Marfan Foundation, USA et la Loeys-Dietz Foundation, USA. Il a été expert au sein du comité d’évaluation de l’institut Imagine à Paris. Il est l’auteur principal ou principal de nombreux articles de référence dans des revues à fort impact (par exemple, le New England Journal of Medicine, Nature Genetics, JACC) sur les aspects cliniques et moléculaires de la maladie anévrysmale de l’aorte. Il a obtenu des subventions (plus de 10 millions d’euros au cours des dix dernières années) de sources nationales (Fonds pour la Recherche Scientifique – Flandre) et internationales (projet de l’UE, FAD; ERC-Horizon 2020; Fondation Leducq; Fondation néerlandaise du cœur; Fondation Marfan). Sa reconnaissance internationale est également attestée par sa nomination conjointe au département de génétique humaine de l’hôpital universitaire Radboud de Nijmegen, aux Pays-Bas (Président: professeur dr Han Brunner), l’un des principaux centres de génétique humaine en Europe. Sa clinique aortique d’Anvers a récemment reçu les plus hautes distinctions lors d’un audit indépendant organisé par le Réseau Européen de Référence, VASCERN, dont il est un membre actif. Il est également activement impliqué dans le transfert de connaissances aux prochaines générations puisqu’il a présidé quatre éditions du cours de formation en cardiogénétique organisé pour la Société européenne de génétique humaine.

* *  *

Ses travaux

L’anévrisme/dissection aortique est un phénotype commun qui est responsable de la mort d’environ 1 à 2 % des individus dans les pays industrialisés. Les anévrismes aortiques se produisent le plus souvent dans l’aorte abdominale infrarénale (AAA), suivie des anévrismes de l’aorte thoracique ascendante (TAA). S’ils ne sont pas traités, ces anévrismes peuvent entraîner des dissections et des ruptures mortelles. Des facteurs génétiques et des facteurs liés au mode de vie contribuent à la pathogenèse de la maladie. Chez environ 20 % des patients avec TAA, on peut identifier une histoire familiale positive, ce qui confirme une forte contribution génétique à la pathogénie de TAA. Pendant longtemps, une forme syndromique de TAA, le syndrome de Marfan (MFS), a servi de paradigme majeur. À la suite d’une réunion internationale d’experts, Bart Loeys a été le fer de lance de la révision de la nosologie gantoise dans laquelle l’anévrisme de la racine aortique et l’ectopie du cristallin sont des caractéristiques cardinales. En l’absence d’antécédents familiaux, la présence de ces deux manifestations est suffisante pour poser un diagnostic sans équivoque de SMF. En l’absence de l’une de ces deux manifestations, la présence d’une mutation FBN1 (gène causal du Marfan) authentique ou d’une combinaison de caractéristiques systémiques est nécessaire. Pour cette dernière, un nouveau système de notation a été conçu et validé. Ainsi, le test FBN1 n’est pas obligatoire mais utile lorsqu’il est disponible. La nouvelle nosologie accorde plus de poids aux manifestations cardiovasculaires de la maladie. La nouvelle nosologie peut retarder un diagnostic définitif de Marfan mais diminue le risque de diagnostic prématuré ou erroné et facilite la discussion des lignes directrices en matière de risque et de gestion.

Les premiers modèles pathogéniques du Marfan se concentraient sur la faiblesse structurelle des tissus imposée par une déficience microfibrillaire. Cependant, des études de modèles de souris MFS transgéniques ont remis en question ce modèle et ont démontré un rôle central pour la régulation à la hausse de la voie de signalisation TGFβ. Ce rôle central de TGFβ dans la formation des anévrismes aortiques a été confirmé par l’identification de mutations dans les gènes TGFBR1/2 (transforming growth factor beta receptor 1 or 2) comme étant la cause d’un nouveau syndrome d’anévrisme aortique (syndrome de Loeys-Dietz, LDS). Les principales caractéristiques qui distinguent le LDS du Marfan sont la présence d’un hypertélorisme, d’une fente palatine / bifidus et d’une tortuosité artérielle / anévrismes étendus. Il est important de noter que l’étude de l’histoire naturelle du syndrome de Loeys-Dietz démontre que les patients atteints de LDS doivent être opérés plus tôt que ceux atteints de Marfan et qu’ils ont également besoin d’une imagerie cardiovasculaire plus poussée, car la maladie affecte l’ensemble de l’arbre artériel, au-delà de l’implication typique de la racine aortique (comme on le voit dans le cas du Marfan). L’identification de la base génétique modifie donc clairement la prise en charge clinique des patients atteints d’anévrisme aortique et de dissection.

Au cours des dernières années, l’étude clinique et moléculaire supplémentaire approfondie des patients atteints d’anévrisme aortique a permis d’identifier de nouveaux gènes (TGFB2, TGFB3, SKI, BGN, SMAD6, TBX20, ROBO4) sous-jacents au syndrome de TAA. Il est important de noter que la majorité de ces gènes sont étroitement liés à la voie de signalisation TGFβ. Bien que jusqu’à récemment, la plupart des études se soient concentrées sur la signalisation canonique de TGFβ, des preuves émergentes montrent que des voies de signalisation non canoniques telles que les MAPK (la protéine kinase activée par les mitogènes) peuvent également jouer un rôle dans le développement de l’anévrisme. Dans l’aorte de souris déficientes en fibrilline-1, il a été observé que l’activation des kinases régulées par le signal extracellulaire (ERK1 et ERK2) dépendantes du TGF-β et du récepteur de l’angiotensine II de type 1 (AT1R) est impliquée dans la pathogénie de l’anévrisme, et d’autres preuves de leur importance ont été obtenues par l’abrogation de la croissance pathologique des racines aortiques après traitement avec un inhibiteur spécifique des ERK. Le rôle des voies de signalisation non canoniques TGFβ a également été confirmé dans le modèle murin à haploïdes Tgfb2. En tant que tel, la signalisation TGFbeta non canonique est un moteur important de la progression de l’anévrisme dans les MFS et LDS, et que ERK et JNK sont additifs et interchangeables dans ce processus.

Bien qu’il soit généralement admis que les bêta-bloquants ralentissent l’élargissement de la racine aortique, ils n’empêchent pas la nécessité d’une intervention chirurgicale à un âge plus avancé. Sur la base des résultats de l’étude sur les modèles de souris MFS, on a émis l’hypothèse qu’une inhibition de la signalisation TGFβ pourrait offrir un meilleur résultat à long terme et cette hypothèse a été renforcée par la découverte de la pléthore de gènes liés au TGFbeta (TGFB2/3, SMAD2/3 et TGFBR1/2) sous-jacents au syndrome de Loeys-Dietz. La preuve de principe a été obtenue en traitant des souris MFS avec l’anticorps neutralisant TGFβ, qui a sauvé le phénotype aortique. Dans la recherche d’un agent plus facilement applicable, le losartan a été identifié comme un agent potentiel. Outre l’effet bloquant sur les récepteurs de l’angiotensine II de type 1, le losartan a également un effet inhibiteur de la voie de signalisation TGFβ. Dans un essai contrôlé par placebo sur des souris Marfan, le losartan a eu un effet supérieur à celui de l’aténolol titré pour le même effet hémodynamique. Non seulement les souris traitées au losartan ont montré un arrêt complet de la croissance aortique, mais l’histologie des fibres élastiques de la paroi aortique était indiscernable de celle des souris de type sauvage. Après une étude de preuve de principe chez l’homme, un vaste essai randomisé sur des patients traités au Marfan a démontré l’efficacité égale de ce médicament par rapport à une dose élevée de bêta-bloquant.

* * *

Rapport du Jury (19 novembre)

 

The 2020 Francqui-Collen Prize in Biological and Medical Sciences is awarded to Bart Loeys for his seminal contributions to the understanding, diagnosis and treatment of human genetic diseases affecting large blood vessels.

After obtaining his medical degree in pediatrics as well as a PhD at Ghent University, he performed postdoctoral research with the world-renowned geneticist Prof Harry ‘Hal’ Dietz at the Johns Hopkins University in Baltimore, USA. Upon his return to Belgium (initially at Ghent University, currently at the University of Antwerp), he has rapidly gained prominence in his own right as medical geneticist.

Many patients worldwide are severely affected by diseases, known as aortic aneurysms of the aorta: The wall of the aorta, the major blood vessel that originates directly from the heart, is weakened, leading to ballooning of the vessel (‘aneurysm’) which can ultimately leak and rupture.  Up to 1% of deaths in the western world are caused by these aneurysms.  In a series of elegant genetic analyses spanning the last 15 years, Dr Loeys has identified the genetic and biochemical basis for a large fraction of these diseases. One of these, first described by Loeys with his Hopkins mentor Prof Harry Dietz, is now termed the Loeys-Dietz Syndrome. Loeys has shown that dysfunction of a central biochemical pathway (known as TGF-beta signaling, which allows communication between cells) leads to aortic aneurysms. The identification of specific mutations responsible for aortic aneurysms has immediate implications for people suffering from familial forms of the disease, which can now be identified in advance and monitored carefully, thus saving many lives. In addition, Dr Loeys’ discoveries suggest promising therapeutic approaches for affected individuals.

Dr Loeys is a clinician-scientist and cardiovascular medical geneticist, demonstrating the tremendous promise of precision medicine for bettering the human condition. His work shows how careful analysis of the molecular basis of disease in individuals can bring about a general understanding of biological principles, and at the same time lead to personalized diagnostics and therapeutics.

 

Jury International dans lequel siégeaient :

Professor Johannes (Hans) Carolus Clevers, MD
Hans Clevers MD PhD (1957) is professor in molecular genetics at Utrecht University. He leads a large research group at the Hubrecht Institute investigating stem cells and cancer. His discovery of the link between Wnt signaling and stem cells, the identification of gut stem cells and the development of organoid technology has led to multiple awards including the Breakthrough Prize in Life Sciences. He is an elected member of science academies in the Netherlands, France, the UK and the USA.

Président

et

Professor Emma Allen-Vercoe, PhD
Canada Research Chair
University of Guelph
College of Biological Science, Department of Molecular and Cellular Biology
Ontario, Canada

Professor Carlos Caldas, MD FMedSci
Carlos Caldas is Professor of Cancer Medicine, University of Cambridge, and Head, Breast Cancer Functional Genomics Laboratory, Cancer Research UK Cambridge Institute. He is Fellow of the Academy of the Medical Sciences, Fellow of the European Academy of Cancer Sciences, and EMBO Member. He received the 2016 ESMO Hamilton Fairley Award and holds an ERC Advanced Grant. His research focus is the functional genomics of breast cancer and its biological and clinical implications.

Professor Eelco de Koning, MD, PhD
Eelco de Koning is professor of diabetology at the Leiden University Medical Center and group leader at the Hubrecht Institute in the Netherlands. He heads the diabetes section at the LUMC and is coordinator of the nation-wide clinical islet transplantation program. After obtaining his M.D. he started research into islet biology and pathology at the Diabetes Research Laboratories in Oxford which resulted in a Ph.D. in 1994. He worked at the Joslin Diabetes Center 2004-2005 to focus on islet transplantation and beta cell regeneration. His research is currently focused on human islet cell identity and the generation of insulinproducing cells from stem cells.

Professor Yuval Dor, PhD
The Hebrew University of Jerusalem
Israel

Professor Michel D. Ferrari, MD, PhD, FANA, FRCP

Michel D. Ferrari, MD, PhD, FANA, FRCP
Professor of Neurology, in particular “Paroxysmal Cerebral Disorders”, at Leiden University Medical Centre, The Netherlands. He is an elected Fellow of the American Neurological Association and the British Royal College of Physicians. He received numerous awards, including the WINKLER Medallion for Excellence in Neurological Research, the HARTMANN MULLER Prize for Biomedical Research (Zurich University), the VICI Innovational Research Personal Incentive Schema Award, the SPINOZA Life Time Achievement Premium, the highest science prize in The Netherlands, and a GRAVITY Award “Brain on a Chip” as part of the “Netherlands Organ on Chip Initiative”

Professor dr. ir. Mike S.M. Jetten 
Full Professor and Head of the Department of Microbiology
Radboud University
Nijmegen, The Netherlands

Professor Jürgen Knoblich, PhD
Juergen Knoblich is heading the Institute of Molecular Biotechnology in Vienna.  He is a developmental neuroscientist studying human brain development and psychiatric disorders.  His group has developed a method for growing human brain tissue in the lab.  They can recapitulate human embryonic brain development during the first trimester and analyze the developmental defects leading to neurological disorders.

Professor Charles M. Rice, PhD
Charles M. Rice, PhD, is Head of the Laboratory of Virology and Infectious Disease at the The Rockefeller University. He is a prominent figure in research on members of the Flaviviridae including hepatitis C virus and has co-authored over 500 articles in the field of virology. He is a past President of the American Society for Virology, a Member of the U. S. National Academy of Sciences, and a recipient of the M. W. Beijernick, Dautrebande, Robert Koch, InBev Baillet-Latour prizes, the Lasker-Debakey Clinical Medical Research Award, and the Nobel Prize in Physiology or Medicine.

Professor Flora van Leeuwen, PhD
Head of division of Epidemiology and Psychosocial Research
Netherlands Cancer Institute
Professor of Cancer Epidemiology
Faculty of Medicine, Vrije Universiteit
Amsterdam, The Netherlands

Membres

 

* * *

Discours du Comte Herman Van Rompuy
Président de la Fondation Francqui

Vooreerst wou ik U, Sire, bedanken om ook deze keer aanwezig te zijn op de plechtige uitreiking van de Prijzen Francqui-Collen , de hoogste wetenschappelijke onderscheiding in ons land. Nous sommes peu nombreux aujourd’hui, mais je parle au nom des personnes qui seraient normalement présentes ici.

Onnodig te zeggen dat de zitting van vandaag uniek is. In zekere zin hoop ik dat ze echt uniek blijft. Ik bedoel, dat wat velen belet hier deze ochtend aanwezig te zijn, eenmalig is. Maar ik ben daar niet zo zeker van. De invloed van klimaatveranderingen op deze en wellicht andere potentiële pandemieën is een reële mogelijkheid. Een oorzaak zou zijn dat door ontbossing, dieren, dragers van het virus, naar bewoonde plaatsen gedreven worden en dat zo het virus overgedragen wordt op mensen. La pandémie serait alors moins externe à l’homme qu’on ne le pense souvent. Ce ne serait donc pas une fatalité qui nous tomberait dessus, mais quelque chose que nous pourrions remédier.

Notre réunion d’aujourd’hui est également spéciale car nous avons deux lauréats, alors que nous n’en avions normalement qu’un seul. La dernière fois, ils étaient trois mais eux travaillaient sur le même projet. Ici, les deux lauréats ont leur propre discipline dans la médicine. Le prix n’a pas été décerné pour un projet particulier comme en 2019 mais en raison du travail scientifique exceptionnel effectué au fil des ans. Il ne s’agit pas non plus d’une récompense pour une vie dédiée à la science , car la vie ne commence vraiment qu’à la cinquantaine. Le Roi peut en témoigner. Pour moi, cela a même commencé à soixante ans !

De zitting van vandaag is ook speciaal omdat het de eerste Francqui-Collen prijzen zijn in de geschiedenis. Dank zij de edelmoedigheid van Désiré baron Collen zijn wij in staat twee laureaten te bekronen en aan te moedigen. De heer Collen is trouwens zelf een Francquiprijswinnaar. Het is een uitzonderlijk gebaar waar wij zeer erkentelijk voor zijn.

Laat mij toe de twee laureaten kort voor te stellen.

Cédric Blanpain (ULB) en Bart Loeys (UAntwerpen) zijn de laureaten van de twee Francqui-Collen Prijzen 2020 voor fundamenteel en klinisch onderzoek. De Francqui-Stichting bekroont hen voor hun uitzonderlijke bijdragen op het domein van kanker en van genetische ziekten. Leurs contributions innovantes représentent de véritables percées dans le domaine des sciences biologiques et médicales.

Cédric Blanpain reçoit un prix pour sa recherche fondamentale dans les domaines du cancer et de la biologie des cellules souches. Le Professeur Blanpain, spécialiste en médecine interne, a créé son propre laboratoire à l’ULB en 2006. Il étudie le rôle des cellules souches dans le développement du cancer de la peau et du sein, en plus de leur capacité de régénération. Dans le cadre de ses recherches sur le cancer, le professeur Blanpain a été le premier à utiliser la technique du traçage cellulaire, qui lui a permis de déterminer l’origine exacte de certains cancers.

De andere prijs gaat naar Bart Loeys, gewoon hoogleraar cardiogenomics aan de Universiteit Antwerpen, voor zijn klinisch en translationeel onderzoek dat leidt tot een beter inzicht, betere diagnoses en betere behandeling van genetische ziektes die de bloedvaten aantasten. Prof. Loeys legt zich toe op cardiogenetica en heeft baanbrekend onderzoek verricht naar de genetische oorzaken van aorta aneurysma’s. In 2005 beschreef hij met zijn Amerikaanse collega Harry Dietz voor het eerst de erfelijke aorta-aandoening die nu als het Loeys-Dietz syndroom gekend is.

Beiden gaan op basis van hun fundamenteel en klinisch onderzoek over naar de zoektocht naar therapieën. Kan er een grotere maatschappelijke dimensie zijn dan het redden van mensenlevens?

Pour la vaste majorité des cancers, les cellules à l’origine des cancers sont encore inconnues. Pionnier dans l’identification des cellules à l’origine des cancers, le laboratoire de Cédric Blanpain a découvert les cellules à l’origine du carcinome basocellulaire, le cancer le plus fréquent chez l’humain, mais aussi d’autres cancers de la peau ainsi que des cancers du sein. Des travaux d’une importance majeure qui ont permis de découvrir que l’origine cellulaire des cancers était déterminante dans les types de cancer qui vont se développer, dans leur capacité à générer des métastases et dans leur résistance aux traitements. Ses recherches à l’université ont mené à développer de nouveaux médicaments anticancéreux.

Waar Prof. Loeys nu op inzet is om beter te begrijpen waarom een genetische afwijking bij een bepaald familielid tot aortaproblemen leidt en bij een ander familielid met dezelfde genetische afwijking, niet. Als we weten hoe andere genen dat compenseren, kunnen we medicatie geven die het compenserende mechanisme van die genen nabootst om zo te voorkomen dat een ziekte ontstaat. Het zijn vaak jonge mensen die sterven aan een scheur in hun slagader. Als het gebeurt, heb je meer dan 50% kans om binnen de 24u te overlijden.

Ik laat het over aan beide professoren om meer in detail te gaan. Ik ben er niet toe in staat. Ik vertrouw ook volledig op de internationale jury, onder voorzitterschap van Prof. Clevers, en  waarvan trouwens ook dit jaar een Nobelprijswinnaar deel van uitmaakte. De jury werd eens te meer door onze afgevaardigde-bestuurder professor Pierre Van Moerbeke deskundig samengesteld en begeleid. Je tiens à le remercier sincèrement et de manière explicite. Prof. Blanpain en Loeys  zullen vandaag maar kort spreken maar bij de volgende publieke zitting voor de prijzen voor 2021 zullen zij de kans krijgen dat meer uitgebreid te doen.

C’est une coïncidence que ces Prix bio-médicaux soient décernés à l’occasion de la plus grande crise sanitaire que notre pays et, en fait, le monde entier connaissent depuis un siècle. En même temps, le respect pour les médecins, le personnel soignant et la science n’a jamais été aussi élevé. L’expertise est à nouveau appréciée par une grande partie de la population.

In landen waar het advies van deskundigen en wetenschappers genegeerd werd, liep het fout. Dat is velen niet ontgaan. Dat men zo vlug vaccins wist te ontwikkelen en te produceren is ook ongezien. De wetenschap redt de wereld in zekere zin. Beeld U in dat wij nog jaren in die infernale cirkel van besmettingen, versoepelingen en opnieuw besmettingen hadden moeten leven! De ene golf zou gevolgd worden door een andere. Het verlies aan mensenlevens, aan welzijn en aan jobs zou nog dramatischer zijn geweest. Wij wachten nu op de vaccinatiegolf! Het wordt de grootste uitrol operatie uit de menselijke geschiedenis. Après tout, nous vivons dans une pandémie, le mot fait référence à l’origine grecque et signifie ‘le peuple entier’, le monde entier. Après toutes les mondialisations possibles, notamment celles de la technologie, des voyages, des économies, du sport, de la musique, du cinéma, des loisirs, etc. il y a maintenant la mondialisation de la maladie. Elle est liée aux autres formes de mondialisation. Nous sommes avec presque 8 milliards de personnes sur le même bateau.

Il est très regrettable que la mondialisation du virus ne s’accompagne pas d’une « gouvernance mondiale ». Au contraire, c’est l’approche nationale et nationaliste qui domine. Mon vaccin d’abord. My vaccine first. Tant que le monde entier ne sera pas sain et sauf, nous ne le serons pas non plus, à moins de fermer les frontières et de nous retirer du monde.

Wat een contrast tussen de kracht van het rationele denken en de stroom van wild ‘fake news’, van belachelijk complotdenken, van vooroordelen en negationisme. Zelfs leiders van grote landen doen hieraan mee, deels uit een loutere drang om populair te blijven bij hun specifieke achterban, deels uit lafheid om toch maar geen impopulaire maatregelen te moeten treffen. Het populisme verhevigt de gezondheidscrisis terwijl de gezondheid toch de grootste dienst is die men aan het volk en aan ieder van ons kan verlenen. Gelukkig is er de ‘stille meerderheid’ van mensen om wel te luisteren naar de stem van de wetenschap en die van de rede. Maar een significante minderheid kan die inspanningen van een meerderheid teniet doen. Indien onvoldoende mensen zich laten vaccineren dan blijven wij ons vastrijden in het moeras van het virus.

Depuis Andreas Vesalius au XVIe siècle, la médecine est une science dans laquelle nous excellons. En 1432, il existait déjà une faculté de médecine à Louvain. Jules Bordet, Corneel Heymans, Albert Claude et Christian de Duve ont reçu le prix Nobel de médecine. de Duve est un prix Francqui 1960. Prendre soin des gens est donc dans nos gènes, tant au Nord, au Sud et qu’au Centre du pays.

La médecine combine comme aucune autre discipline le savoir et les soins, la raison et le cœur. Daarom is het goed in deze coronatijden hulde te brengen aan de kunde om te genezen, aan de kunst om te genezen, aan de deugd om voor zieke mensen te zorgen.

 

* * *

Discours du Professeur Bart Loeys

Het is een hele eer om vandaag uit uw handen de prestigieuze Francqui-Collen prijs voor biomedische wetenschappen te mogen ontvangen. Uw uitgesproken wil om deze plechtigheid in beperkte kring te laten plaatsvinden ondanks de moeilijke covid-tijden en uw persoonlijke aanwezigheid getuigen van het belang dat U, net zoals de Francqui Stichting, hecht aan het wetenschappelijk onderzoek in ons land.

Sire, geachte heer voorzitter, dames en heren,

De Collen-Francqui prijs welke vandaag -voor de eerste keer in zijn rijke geschiedenis- specifiek wordt toegekend voor klinisch en translationeel onderzoek illustreert dat U en de stichting “de patiënt” – “de mens” centraal willen stellen in het wetenschappelijk onderzoek. Mijn onderzoek maakt heel specifiek de brug tussen de genetische oorzaken en de preventie of behandeling van patiënten met aneurysma’s of verwijdingen van de hoofdslagader of aorta, een aandoening die zich heel dramatisch uit als een oorzaak van plotse cardiale dood bij jonge mensen, een thema dat ons allemaal heel hard raakt.

Hoewel ik hier vandaag de eer heb om voor U te staan, is het bekroonde werk enkel het resultaat van een groot team van talentvolle onderzoekers. Ik houd er dan ook aan de vele jonge medewerkers, laboranten, doctoraatstudenten en postdoctorale onderzoekers uit mijn groep te lauweren voor hun jarenlange inzet die tot dit werk hebben geleid. De team-spirit in onze groep is de motor tot succes en ik kijk uit naar onze volgende wetenschappelijke avonturen.

Mijn waardering gaat ook uit naar mijn leermeesters. Ik denk heel bijzonder aan professor Jules Leroy, mijn opleider tot kinderarts die mij de begeestering voor genetica heeft bijgebracht en mijn Amerikaanse mentor professor Hal Dietz die mij inwijdde in de genetische geheimen van aorta aneurysma syndromen. Zijn wetenschappelijke creativiteit en ongebreidelde generositeit is nog elke dag een inspiratiebron voor mijn onderzoek.

Ik wil ook heel graag de essentiële rol van het FWO, Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek in de verf zetten. Het FWO was erbij vanaf mijn eerste stappen als doctoraatsstudent en de laatste 15 jaar onafgebroken als senior clinical investigator. Het is hun steun die het mogelijk maakt om mijn klinische activiteiten als arts te blijven combineren met doorgedreven wetenschappelijk onderzoek en die de belangrijke opstap naar het Europese niveau met steun van de European Research Council (ERC) heeft gefaciliteeerd. Tevens wil ik de universiteit Antwerpen en in het bijzonder mijn rector professor Herman Van Goethem en mijn diensthoofd professor Geert Mortier danken voor het wetenschappelijk vertrouwen dat ze in mij stellen.

Mijn eer gaat ten slotte ook uit naar mijn dierbaren. In de eerste plaats mijn ouders die mij steeds gesteund hebben in mijn keuzes, ook al leidden die soms naar de buitenlandse oorden. Wetenschappelijk onderzoek gebeurt niet enkel tussen 9u en 17u en vraagt ook veel van je gezin. Mijn lieve vrouw Frederike heeft me meer dan wie ooit hierin gestimuleerd. Zonder haar onvoorwaardelijke toewijding voor ons gezin waren we nooit in de Verenigde Staten terecht gekomen en die stap heeft de essentiële zaadjes geplant voor vele mooie onderzoeksjaren. Ze heeft haar eigen loopbaan als arts onderbroken en zonder haar had ik nooit mijn wetenschappelijke droom kunnen verwezelijken. Hannah, Elisabeth, Matthias en Lara, mijn vier kinderen, wil ik bedanken voor jullie begrip als papa weer eens druk met zijn werk bezig was.

Sire, chers invités, pour moi, la plus belle distinction qu’un scientifique puisse recevoir, c’est non seulement la reconnaissance de son travail par la communauté scientifique, mais aussi pouvoir être utile aux patients. C’est un grand honneur d’avoir été désigné comme lauréat du prix Collen-Francqui 2020. Je vous suis particulièrement reconnaissant de pouvoir le recevoir de vos mains. J’espère pouvoir, dans le futur assumer aussi la grande responsabilité de continuer dans cette voie et je m’efforcerai d’être digne de la confiance qui m’est accordée. Le Prix Collen-Francqui est une formidable incitation à poursuivre la recherche au niveau mondial avec mes collaborateurs dans les années à venir.

Je vous remercie.